• Accueil
  • Don
  • Présentation
  • Actions
  • Affiches
  • Journal
  • Documents
  • Boutique
  • Adhésion
  • Contact
  •  

    :: Dans son « Djihad : j’accuse », Estrosi oublie sa propre responsabilité ! ::

    9 octobre 2014

    Christian Estrosi vient de se livrer à une nouvelle sortie tonitruante en publiant sur internet une tribune intitulée « Djihad : j’accuse ». La première lecture nous confirme que le député-maire de Nice n’a pas encore recruté dans son équipe de communication le nouveau Zola, mais c’est bien le contenu politique de celle-ci qui est le plus effarant.

    Dans sa tribune, Christian Estrosi fait porter au gouvernement socialiste toute la responsabilité des départs de « Français » pour mener le djihad en Irak ou en Syrie.

    S’il est évident que la réponse du gouvernement n’est pas à la hauteur des enjeux, la spirale dramatique dans laquelle nous sommes actuellement emportés n’a malheureusement pas démarré en mai 2012.

    Pendant ses nombreuses années passées au pouvoir, l’UMP a fait preuve d’une grande faiblesse face aux islamistes et à leurs soutiens. C’est par exemple sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy que l’Union des Organisations Islamiques de France, organisation liée aux Frères Musulmans, a été institutionnalisée à travers son intégration au Conseil Français du Culte Musulman. On pourrait aussi évoquer les facilités accordées au Qatar, et les proximités évidentes de certains membres de l’UMP avec ce pays, contribuant pourtant largement au financement de plusieurs groupes djihadistes. Sur le plan international encore, l’intervention française en Libye ayant provoqué la chute du régime Kadhafi n’est pas sans rapport avec la déstabilisation globale de la région. L’UMP ne s’est pas non plus opposée aux livraisons d’armes aux « opposants » syriens, des armes aujourd’hui en partie entre les mains des djihadistes.

    Sur le plan local, la politique de collaboration avec l’UOIF mise en place par Christian Estrosi – qui a progressivement fait passer de nombreuses mosquées niçoises sous le contrôle de la formation islamiste et en a fait son interlocuteur privilégié – n’est pas non plus sans liens avec la radicalisation évidente de nombreux musulmans résidant à Nice.

    Dans son « J’accuse », le député-maire de Nice a donc manifestement oublié un paragraphe consacré à sa propre responsabilité et à celle de son parti.

    On ne luttera pas contre l’islamisme en continuant ces compromissions.

    Philippe Vardon


    Philippe Vardon interviewé par TV Libertés à la Manif Pour Tous

    9 octobre 2014


    :: Après avoir voté « contre », Estrosi ne veut pas revenir sur le « mariage pour tous » ::

    1 octobre 2014

    Communiqué du 1er octobre 2014

    Énième retournement politique de Christian Estrosi… Après avoir été l’un des plus farouches opposants à la création du PACS, après avoir laissé fuité à travers son entourage dans certains médias de la « communauté Gay » qu’il était favorable à l’adoption de la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe, après avoir finalement voté contre cette loi, voici que désormais Christian Estrosi (sur Canal +) estime qu’il « ne faut pas revenir » sur la loi Taubira.

    En 15 ans, le député-maire de Nice est donc passé d’opposant déterminé à l’adoption du PACS à partisan du maintien d’une loi « mariage pour tous », contre laquelle il avait votée il y a à peine plus d’un an.

    Pour ma part, mes convictions ne fluctuent pas selon les périodes et les clientèles électorales. C’est pour cela que je défilerai à nouveau à Paris dimanche prochain, à l’appel de La Manif Pour Tous et en compagnie de plusieurs de mes colistiers, contre l’instauration de la PMA et de la GPA, conséquence directes de l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe. C’est aussi notamment pour cela que je soutiens Marine Le Pen, présidente du seul parti à s’être engagé clairement à abroger cette loi lorsqu’elle accédera aux responsabilités.

    Philippe Vardon


    “Militants” : entretien avec Philippe Vardon sur son dernier livre

    1 octobre 2014


    :: Nice : un jeune islamiste dégrade la banderole en hommage à Hervé Gourdel ::

    29 septembre 2014

    Vendredi dernier, comme près d’un millier de Niçois et parmi eux, j’ai participé à l’hommage citoyen et populaire qui a été rendu à Hervé Gourdel sur la place du Palais de Justice. A l’issue de celui-ci, la grande banderole « Hervé Gourdel – victime du terroriste islamiste » était restée accrochée sur les grilles du Palais, des dizaines de bougies continuant d’éclairer les portraits du guide disposés devant celle-ci.

    C’est avec colère que j’ai appris hier que cette banderole avait été dégradée, le terme « islamiste » ayant été déchiré. Plus tard dans la soirée, le message d’un jeune musulman, n’ayant semble-t-il pas agi seul, revendiquant sur le réseau social twitter cette dégradation a été largement diffusé sur internet. Si dans un premier temps, on a pu envisager que celui-ci avait simplement cherché à masquer la vérité (car oui, ce n’est pas « stigmatiser » que de dire que l’Etat Islamique est une organisation islamiste, les mots ont un sens!), il semble en fait que la réalité est bien pire : sur son compte twitter ce jeune musulman n’hésite pas à afficher des sympathies djihadistes. Dans les échanges ayant suivi la diffusion de son message se vantant de la dégradation de la banderole, celui-ci a déclaré n’être « ni pour, ni contre l’État Islamique » mais « pour un état islamique », se demandant aussi si l’État Islamique utilise les bonnes méthodes. Ce jeune musulman, peut-être de nationalité française, se demande si l’organisation qui vient de décapiter Hervé Gourdel utilise les bonnes méthodes ! Dernière donnée très inquiétante, son message a été rediffusé plus de 1000 fois sur twitter, et placé en « favori » par plus de 400 personnes, soutenant donc sans doute son action.

    Cet acte minable, portant atteinte à la mémoire d’Hervé Gourdel, n’est pas anecdotique, notamment dans ce qu’il révèle de son auteur. Il dépeint bien une certaine réalité qui s’est exprimée aussi dans les débordements islamistes des rassemblements pour Gaza cet été dans Nice, ou encore dans les dizaines de départs pour le djihad en Irak et en Syrie que connaît notre ville.

    Je le répète : la lutte doit d’abord être menée dans nos frontières désormais. Et cela en commençant par refuser toute compromission avec les islamistes, qu’ils soient salafistes ou liés à l’UOIF (Frères Musulmans). Il est plus que temps que nos gouvernants et les autorités en finissent avec leur passivité… ou leur complicité.

    Philippe Vardon


    :: Assassinat du Niçois Hervé Gourdel par des islamistes : l’émotion doit appeler la réaction ::

    25 septembre 2014

    Communiqué du 24 septembre 2014

    Comme tous les Niçois, tous les Français, je suis profondément bouleversé par la mort d’Hervé Gourdel. Ce soir toutes mes pensées et mes prières vont vers ses proches.

    Parce que je crois qu’il ne faut pas fermer les yeux devant la réalité de l’horreur djihadiste, j’ai tenu à visionner la vidéo publiée par l’État Islamique. J’y ai découvert l’impressionnante dignité d’Hervé Gourdel face à ses bourreaux. Il est mort en Niçois, en Français, en homme, renvoyant ses assassins à toute leur lâcheté.

    J’en appelle désormais à une réaction vive, virile même, de nos gouvernants. Ce drame doit faire l’effet d’un électrochoc chez nos dirigeants tout comme c’est déjà le cas dans la population. Il faut en finir avec toute politique de compromission avec l’islamisme et ses soutiens, en France comme à l’étranger. Cela signifie lutter en France contre les réseaux salafistes et refuser de se compromettre avec les représentants des Frères Musulmans (UOIF), cela signifie aussi refuser l’influence du Qatar, grand pourvoyeur de fonds des djihadistes, dans notre pays.

    Si l’honneur de la France s’incarnait encore dans son gouvernement, nos forces spéciales seraient déjà en train de décoller pour aller faire comprendre à ces ordures – et à travers eux à tous leurs comparses – ce que vaut la peau d’un Français.

    Philippe Vardon


    :: Enlèvement du Niçois Hervé Gourdel par des islamistes : il ne suffit plus de « condamner fermement », il faut agir avec fermeté ! ::

    23 septembre 2014

    Communiqué du 23 septembre 2014

    L’enlèvement du guide de haute-montagne niçois Hervé Gourdel par un groupe djihadiste, lié à l’État Islamique, en Algérie est un drame qui touche chaque Niçois et au-delà chaque Français et doit nous conduire à une véritable réflexion collective. Je tiens, à titre personnel mais aussi comme responsable politique, à apporter mon plus entier soutien à ses proches dans cette terrible épreuve.

    J’appelle aussi nos compatriotes résidant ou voyageant dans des pays musulmans à prendre le moins de risques possibles. Chacun d’entre-nous doit désormais se pénétrer de l’idée que nous pouvons tous êtes des cibles potentielles… En effet, hier, l’État Islamique – ce groupe djihadiste ayant établi son Califat à cheval sur l’Irak et la Syrie – a appelé dans un communiqué officiel tous ses sympathisants à frapper la France et les Français où qu’ils soient. L’appel a été entendu par ces islamistes algériens, mais ils ne seront sans doute pas les seuls.

    Rappelons que 1 000 à 2 000 djihadistes « français » combattent dans les rangs de l’État Islamique, parmi lesquels près d’une centaine partis de notre département. De l’aveu même du Ministre de l’Intérieur plusieurs centaines seraient aussi déjà rentrés en France. Tant à travers ces djihadistes, véritables bombes à retardement, présents sur notre sol qu’à travers le développement de l’islamisme (fruit de l’islamisation, elle-même conséquence de l’immigration massive) la menace existe aussi en nos frontières.

    Christian Estrosi, reprenant l’une des formules favorites de nos politiciens devenus commentateurs, « condamne fermement » l’enlèvement d’Hervé Gourdel. Mais l’heure est grave, il ne suffit plus de « condamner fermement » mais il faut agir avec fermeté !

    C’est pourquoi je demande solennellement à tous les élus du département de s’engager en défendant l’application de la déchéance de la nationalité française, et évidemment l’interdiction de revenir en France, pour tous les djihadistes binationaux, mais aussi de cesser immédiatement toutes relations avec les associations islamistes – que celles-ci se réclament du salafisme ou de la doctrine des Frères Musulmans promue par l’UOIF. C’est d’abord chez nous que le combat doit être mené, et l’on ne peut prétendre lutter contre les groupes djihadistes en se compromettant avec ceux qui leur préparent le terrain.

    Philippe Vardon


    Philippe Vardon interviewé sur l’immigration et la remigration

    22 septembre 2014


    L’immigration une chance?

    15 septembre 2014

    Nice-Matin, première quinzaine de septembre 2014.

    6 septembre

    *3 ans de prison à un Nigérian de 38 ans, interpellé à La Turbie avec 57 capsules de drogue dans le corps!

     
    *2 cousins Tunisiens Shah et Anis, surpris en flagrant délit de vol sur une plage à Nice, condamnation à un an ferme.
     
    10 septembre
     
    *Octogénaire violée à Nice : le violeur, Walid El GARES, a avoué.
     
    *Bessan GHARBI, 24 ans, passionné d’armes et d’explosifs, condamné hier à 4 ans de prison.
     
    12 septembre
     
    *6 mois ferme pour Zouhair HOSNI, un Tunisien reconnu coupable de vol avec effraction en récidive.
     
    *18 mois et 10 000€ d’indemnités pour Ben Hadda B. qui, roulant sans permis dans une auto non assurée, avait tué une retraitée qui traversait sur un passage piéton.
     
    *15 ans de réclusion pour Walid El GARES, violeur d’une octogénaire.
     
    13 septembre
     
    *3 ans ferme pour Faouzi KHODJA, Algérien de 29 ans, agresseur sexuel avec un tesson.

    L’hommage à Ségurane dans les médias.

    9 septembre 2014

    Dans Direct matin

     

    Dans Nice-Matin (cliquez sur l’article pour agrandir)


    Oumage à Segurana 2014 – RDV dimanche 7 septembre 19h !

    2 septembre 2014


    Dimanche 7 septembre, Oumage a Segurana.

    1 septembre 2014

     


    Philippe Vardon sur “le Rouge et le Noir” au sujet de l’immigration.

    1 septembre 2014

    1) Vous êtes l’un des propagateurs du concept de remigration. Pouvez-vous nous l’expliciter ?

    Philippe Vardon : C’est assez simple en fait : l’immigration massive que subissent la France et l’Europe crée des troubles majeurs qui mettront en danger l’existence de notre nation et notre civilisation elles-mêmes si l’on ne travaille pas rapidement, c’est-à-dire dans les décennies qui sont devant nous, à inverser la tendance. Pour clore cet interlude, cet accident historique, qu’aura été la présence massive dans notre pays de millions de Français administratifs, n’étant en fait Français ni de sang ni même de cœur pour la plupart, il faut donc envisager – calmement, sereinement, mais sérieusement – qu’une grande partie de ces immigrés ou descendants d’immigrés retrouvent leur patrie, c’est-à-dire la terre de leurs pères.
    Il ne s’agit donc pas uniquement de stopper l’immigration, urgence absolue et évidente mais à laquelle je pense que nos politiques (à l’exception de quelques extrémistes ou cinglés) finiront par se ranger, mais bien de mettre en place politiquement les conditions d’un grand retour qui est la seule possibilité d’enrayer le Grand Remplacement.
    Le constat de l’échec de la société multiculturelle (donc multiconflictuelle) et multiraciale (donc multiraciste) imposée aux Français est désormais largement partagé. La remigration, c’est-à-dire le retour dans leurs pays d’origine, de manière pacifique et concertée, d’une majorité des immigrés extra-européens présents sur notre territoire est la seule solution permettant de répondre à l’ampleur du phénomène et d’éviter le chaos.

    Lire l’intégralité de l’entretien sur Le Rouge et le Noir.


    Ils agressent même nos morts !

    1 septembre 2014


    :: Dispositif anti-Ebola aux urgences de l’hôpital St Roch : quels sont les risques réels pour les Niçois ?! ::

    22 août 2014

    Communiqué du 22 août 2014

    Un panneau spécifique dédié à d’éventuels patients infectés par le virus EBOLA est désormais installé à l’entrée du service des urgences de l’hôpital Saint Roch à Nice. Il se double manifestement de la mise en place d’une procédure dédiée, puisqu’une sonnette particulière est réservée aux patients se reconnaissant dans les symptômes et venant de l’un des pays foyers de la maladie.

    Ce dispositif remet largement en cause les discours angéliques rabâchant que la France serait hors de danger, cela alors même que des avions continuent d’atterrir chaque jour en provenance des pays touchés et qu’il n’existe plus de frontières nationales ou même européennes permettant le moindre contrôle.

    En effet, qui peut garantir que parmi les 100 000 clandestins arrivés sur les côtes italiennes depuis le mois de janvier aucun n’était infecté ? Des clandestins dont une bonne partie sont désormais sur notre territoire, et singulièrement dans notre département.

    Ce dispositif lié à la potentielle propagation du virus EBOLA dans notre ville le démontre : le risque sanitaire vient désormais clairement s’ajouter aux troubles identitaires, économiques, sociaux et sécuritaires engendrés par l’immigration massive et incontrôlée. Les personnels de santé eux, heureusement, ne s’embarrassent pas du politiquement correct lorsqu’il est question de sauver des vies.

    Je viens d’écrire trois courriers, destinés au maire de Nice, au Préfet des Alpes-Maritimes et à la Ministre de la Santé, afin de les interroger sur les risques réels liés au virus EBOLA dans notre ville et notre département. Les Niçois doivent être informés.

    Face à la propagation rapide du virus EBOLA, il est urgent que des mesures de protection aux frontières soient prises. De nombreux pays Africains n’ont pas hésité aussi longtemps que nos gouvernants !

    Philippe VARDON