• Accueil
  • Don
  • Présentation
  • Actions
  • Affiches
  • Journal
  • Documents
  • Boutique
  • Adhésion
  • Contact
  •  

    :: Dispositif anti-Ebola aux urgences de l’hôpital St Roch : quels sont les risques réels pour les Niçois ?! ::

    22 août 2014

    Communiqué du 22 août 2014

    Un panneau spécifique dédié à d’éventuels patients infectés par le virus EBOLA est désormais installé à l’entrée du service des urgences de l’hôpital Saint Roch à Nice. Il se double manifestement de la mise en place d’une procédure dédiée, puisqu’une sonnette particulière est réservée aux patients se reconnaissant dans les symptômes et venant de l’un des pays foyers de la maladie.

    Ce dispositif remet largement en cause les discours angéliques rabâchant que la France serait hors de danger, cela alors même que des avions continuent d’atterrir chaque jour en provenance des pays touchés et qu’il n’existe plus de frontières nationales ou même européennes permettant le moindre contrôle.

    En effet, qui peut garantir que parmi les 100 000 clandestins arrivés sur les côtes italiennes depuis le mois de janvier aucun n’était infecté ? Des clandestins dont une bonne partie sont désormais sur notre territoire, et singulièrement dans notre département.

    Ce dispositif lié à la potentielle propagation du virus EBOLA dans notre ville le démontre : le risque sanitaire vient désormais clairement s’ajouter aux troubles identitaires, économiques, sociaux et sécuritaires engendrés par l’immigration massive et incontrôlée. Les personnels de santé eux, heureusement, ne s’embarrassent pas du politiquement correct lorsqu’il est question de sauver des vies.

    Je viens d’écrire trois courriers, destinés au maire de Nice, au Préfet des Alpes-Maritimes et à la Ministre de la Santé, afin de les interroger sur les risques réels liés au virus EBOLA dans notre ville et notre département. Les Niçois doivent être informés.

    Face à la propagation rapide du virus EBOLA, il est urgent que des mesures de protection aux frontières soient prises. De nombreux pays Africains n’ont pas hésité aussi longtemps que nos gouvernants !

    Philippe VARDON


    ::Pas de rassemblement islamique place Garibaldi : les identitaires se félicitent mais restent vigilants::

    8 août 2014

    [communiqué du 8 août 2014]

    Rassemblant plus de 250 personnes en quelques jours, nous avons démontré la semaine dernière la mobilisation et la détermination des Niçois face aux provocations islamistes s’étant déroulées dans nos rues.
    Une nouvelle manifestation étant annoncée ce samedi – de Masséna à Garibaldi – et celle-ci étant organisée par les mêmes musulmans radicaux que le 26 juillet, nous avions prévenu les services de la Préfecture que nous serions à nouveau dans la rue pour empêcher toute provocation place Garibaldi.

    J’apprends que le Préfet a refusé que la manifestation islamique puisse se terminer place Garibaldi comme le souhaitaient ses organisateurs. Nous n’y sommes évidemment pas pour rien et je me félicite de cette décision. Notre rassemblement n’a donc plus lieu d’être, et je préfère que les effectifs policiers soient concentrés place Masséna pour y contenir les manifestants “pour Gaza”.

    Nous serons en effet particulièrement attentifs ce samedi à ce que l’opportune décision du Préfet et donc l’ordre républicain soient respectés et que la tranquillité de la place Garibaldi ne soit troublée par aucune nouvelle provocation. Par ailleurs, nous espérons que sur la place Masséna ne s’exprimeront que des messages “pour Gaza” et non les démonstrations islamistes auxquelles les organisateurs nous ont habitué, et que même le PCF a dénoncé en se désolidarisant de ces rassemblements.

    Les Niçois peuvent compter sur notre vigilance. ICI C’EST NICE!

    Philippe Vardon
    Président de Nissa Rebela – Front Niçois


    :: “Allah Akbar” aux pieds de Garibaldi : démonstration de force islamiste en plein cœur de Nice ::

    27 juillet 2014

    Communiqué du 27 juillet 2014

    Nous considérons qu’un mouvement politique français, qui plus est local comme le nôtre, n’a pas à prendre partie dans un conflit se tenant à 3 000 km. En revanche il est de notre devoir de dénoncer ce qui s’est déroulé hier dans les rues de Nice dans le cadre de la manifestation “pour Gaza”.

    Si cette fois-ci aucun affrontement notable n’a eu lieu et si l’on n’a pas entendu de slogans à la gloire de Mohamed Merah comme lors d’une précédente manifestation, nous pouvons regretter que les médias locaux soient manifestement passés à côté de la tonalité particulière du rassemblement et du caractère des meneurs. Car hier c’est avant tout à une démonstration de force des groupes islamistes que nous avons assisté.

    Au cœur de la manifestation, ce sont les jeunes de la “Ligue de Défense Musulmane 06″, un nouveau groupuscule radical, qui lançaient les slogans ou participaient à l’encadrement. Ce sont aussi eux qui ont mené une prière musulmane aux pieds de la statue de Garibaldi, prière terminée par de virulents “Allah Akbar” comme en témoigne notre vidéo :

    Avant cela, certains étaient montés sur la statue pour accrocher un drapeau palestinien, souhaitant sans doute répéter ce qu’ils ont vu faire à Paris ou Lyon. Comme là-bas, peut-être verrons-nous la prochaine fois des drapeaux djihadistes venir compléter la panoplie ? Pour le moment, ce sont seulement des bandeaux qui ornaient le front de certains manifestants à la manière des kamikazes islamistes.

    Nous ne comptons plus guère sur les responsables politiques et les pouvoirs publics pour agir : quand ils ne sont pas carrément complices, ils préfèrent prétendre ne pas savoir, ce qui leur évite d’avoir à agir. Il est en revanche primordial à nos yeux que les Niçois soient informés de la réalité de la situation dans notre cité.
    Christian Estrosi peut continuer à s’agiter en jouant au dur : pourquoi condamne-t-il le Hamas, émanation des Frères Musulmans en Palestine, quand il collabore à Nice avec l’UOIF, émanation des Frères Musulmans en France ?! Ces jeunes haineux sont à la fois les fils de l’immigration massive et incontrôlée, les fils des renoncements successifs de la gauche comme de la droite, les fils de l’enseignement des mosquées UOIF; bref ce sont aussi les fils de Christian Estrosi !

    Philippe Vardon
    Président de Nissa Rebela-Front Niçois, porte-parole du Collectif “Islamisation Basta”

    PS : Certains des plus virulents manifestants, appartenant au “service d’ordre” arboraient des gilets jaunes marqués “Ville de Nice – propreté”. Des employés de Messieurs Estrosi et Leonelli ?


    15 premiers candidats pour incarner la seule opposition !

    20 février 2014

    1 Philippe VARDON

    Président de NISSA REBELA et du FRONT NIÇOIS

    Porte-parole du collectif ISLAMISATION BASTA

    33 ans, marié et père de 2 enfants

    Diplômé en droit et sciences politiques, consultant en communication

    Le Port

    2 Aulde MAISONNEUVE

    Ancienne candidate du FRONT NATIONAL

    Membre de la direction de NISSA REBELA

    Secrétaire

    Gorbella

    3 Benoît LOEUILLET

    Secrétaire général de NISSA REBELA

    Membre du bureau exécutif du BLOC IDENTITAIRE

    Libraire et éditeur, historien

    Cimiez

    4 Anita RAIC

    Ancienne militante du FRONT NATIONAL

    Membre du Collectif « les Indignés du FN »

    Comptable

    Riquier

    5 Eric DE LINARES

    Militant catholique, ancien responsable dans un mouvement de scoutisme

    Gestionnaire de patrimoine

    Dubouchage

    6 Odile TIXIER-DE GUBERNATIS

    Assistante juridique

    Vernier

    7 Michael PASCUITO

    Animateur du cercle « Histoire et Traditions du Comté de Nice »

    Étudiant en histoire

    Corniche Fleurie

    8 Hélène LAMBERT

    Responsable départementale du SIEL – mouvement membre du RASSEMBLEMENT BLEU MARINE

    Mère au foyer

    Riquier

    9 Clément MARTIN

    Conseiller fédéral de GENERATION IDENTITAIRE

    Consultant

    Saint Roch

    10 Yvette BERTAUT

    Retraitée

    Auguste Raynaud

    11 Florent BOTTOS

    Militant régionaliste nissart

    Électricien

    Arson

    12 Loriane SCHOCH

    Ancienne membre du Bureau du Comité de quartier Riquier-Barla-République-Risso

    Vendeuse

    Le Port

    13 Grégoire DE LINARES

    Conseiller fédéral de GENERATION IDENTITAIRE

    Éducateur

    Nice-centre

    14 Melina COLLAS

    Comité « Oui à la socca, non au kebab »

    Cordonnière

    Gioffredo

    15 Didier ASIN

    Ancien candidat et trésorier de la section FRONT NATIONAL de Nice

    Membre du Collectif «les Indignés du FN »

    Comptable

    Borriglione


    Condamnation des figurants de NEGRESCRO : une victoire pour les identitaires !

    19 février 2014

    [Communiqué du 19 février 2014]

    Hier, de nombreux médias ont rapporté la condamnation de deux figurants du désormais fameux clip de rap « l’Ariane » du groupe de mélomanes NEGRESCRO.

    Dans ce clip, on les voyait tirer avec un fusil de type kalashnikov ou encore monter sur le toit de l’église du quartier de l’Ariane et y déployer un drapeau algérien. S’ils ont bien été condamnés pour l’exhibition d’armes à feu, en revanche la provocation sur le toit de l’église reste impunie.

    Cette condamnation est une nouvelle victoire à mettre au compte de Nissa Rebela. En effet, ce sont les identitaires qui les premiers – lors d’une conférence de presse en juillet 2012 – avaient alerté l’opinion sur ce clip scandaleux et avaient réclamé l’ouverture d’une enquête, dont ces condamnations sont l’aboutissement.

    Deux ans auparavant, nous avions mené campagne pour que NEGRESCRO soit retiré de l’affiche d’un festival rap organisé par la municipalité. En effet le groupe diffusait déjà des clips affichant ostensiblement sa haine de la police et plus généralement de toutes les institutions, de la France, des personnes d’origine étrangères s’étant assimilées, et faisant l’apologie des vols à la portière et du trafic de stupéfiants. Pourtant à l’époque, le maire de Nice Christian Estrosi n’avait pas jugé utile de déprogrammer leur prestation, et l’adjointe à la culture Muriel Marland-Militello avait même déclaré dans Nice Matin « il n’y a pas de problème avec NEGRESCRO ». Après la condamnation de ces deux figurants, survenant après celle du chanteur du groupe pour trafic de drogues, est-elle toujours du même avis ? Quelle clairvoyance !

    Une fois de plus, les identitaires auront été en première ligne. Face à ce groupe haineux, nous avons révélé l’affaire et permis à la police puis la justice d’intervenir. Dans la rue ou en « chansons », nous refusons de laisser la racaille nous insulter et pourrir la vie des Niçois.

    C’est aussi cette intransigeance et ce combat de chaque instant, en ne laissant rien passer, que nous incarnons dans cette élection et que nous incarnerons au conseil municipal.

    Philippe Vardon


    Philippe Vardon signe la Charte de « La Manif Pour Tous » pour les municipales

    18 février 2014

    pvardon-lyon5mai2013-2

    [Communiqué du 18 février 2014]

    Depuis les tous premiers rendez-vous de « La Manif Pour tous », j’ai été engagé dans le formidable mouvement social de défense de la famille et des familles. J’ai participé aux grandes manifestations parisiennes de novembre 2012, janvier, mars et mai 2013 ainsi qu’aux rendez-vous régionaux de Lyon et – bien sûr – aux différentes mobilisations locales. Au sein du collectif « Identité et filiation », dont j’ai été l’un des fondateurs, j’ai porté la voix des identitaires dans cette lutte, notamment dans les médias comme lors de ma participation à un débat télévisé sur le « mariage pour tous » animé par Christophe Hondelatte.

    Je considère la famille comme le premier lieu de définition de notre identité personnelle et collective, à travers la transmission d’un héritage issu de la filiation naturelle. Je considère aussi la famille comme la cellule de base de la société et le tout premier cercle des solidarités naturelles. Dépassant très largement le simple cadre du « mariage homo », la loi Taubira s’inscrit dans une volonté profonde de casser tous les repères permettant aux êtres humains de savoir qui ils sont, d’où ils viennent et donc aussi « de qui » ils viennent. C’est pourquoi je me suis opposé et continuerai de m’opposer à cette loi, ses conséquences ou ses continuations.

    C’est donc en toute cohérence que j’ai signé la Charte édictée par « La Manif Pour Tous » pour les candidats aux élections municipales (http://www.chartedesmunicipales.fr/charte) et m’engage à défendre les principes qu’elle énonce face à Christian Estrosi au conseil municipal. Je constate, avec regrets, que je suis à ce jour le seul candidat niçois à m’être ainsi positionné publiquement.

    Philippe Vardon


    Des « Indignés » du FN rejoignent la liste de Philippe Vardon

    13 février 2014

    [Communiqué du 13 février 2014]

    Suite à notre déclaration de candidature mardi, les contacts et soutiens se sont multipliés.

    Nous avons notamment le plaisir de vous annoncer que, d’ores et déjà, trois des membres du collectif des « Indignés » du FN de Nice nous ont rejoint et participeront à notre liste.

    Ce groupe informel de militants, cadres ou anciens candidats du FN et du RBM s’est fait connaître par son opposition à la composition de la liste présentée par Mme Arnautu – plaçant par exemple dans les toutes premières places des personnes qui étaient encore des fans de Christian Estrosi quelques semaines auparavant – et la ligne politique floue défendue par celle-ci.

    Considérant que notre liste et ma candidature incarnent en réalité davantage les combats du FN-RBM et de Marine Le Pen (dont j’avais soutenu la candidature aux élections présidentielles, contrairement à certains colistiers de Mme Arnautu !), les « Indignés » suivant figureront donc sur notre liste :

    > Anita Raic, « mariniste » récente et militante active au sein de l’équipe de campagne de Gaël Nofri pour les élections législatives 2012.

    > Didier Asin, ancien trésorier de la section FN de Nice et candidat sur la liste des élections municipales de 1995, ancien responsable du 8ème canton de Nice, plusieurs fois mandataire financier des candidats du FN dans le département.

    > Jean-Yves Casalonga, ancien Secrétaire départemental adjoint, ancien rédacteur en chef des journaux du FN 06 « National-la Flamme 06 » et « Nice d’abord ».

    Leur présence sur notre liste, en annonçant d’autres, témoigne de la véritable capacité de rassemblement de tous ceux qui ont à cœur de défendre dans cette campagne la défense de notre identité niçoise, française et européenne face à tous les processus d’uniformisation, du jacobinisme au mondialisme.

    En parlant vrai, clair, et fort, pendant les semaines à venir nous continuerons de rassembler autour de nous ceux qui, simplement, ne veulent pas voir leur peuple disparaître.

    Philippe Vardon


    Insécurité, référendum sur l’immigration ? Halte à l’Estroquerie !

    13 février 2014

    [Communiqué du 13 février 2014]

    Ces deux derniers jours, à travers l’annonce de ses mesures pour la sécurité à Nice ou sa prétendue volonté d’un référendum sur l’immigration en France, Christian Estrosi s’est surpassé.

    Concernant la sécurité, Christian Estrosi – qui, rappelons-le annonçait voici 6 ans vouloir faire de Nice « la vitrine de la sécurité » – continue de vouloir installer toujours davantage de caméras alors que le « tout-vidéo » est un échec flagrant.

    En parfait démagogue, Christian Estrosi se plaint des « lois laxistes », pointant du doigt Mme Taubira. Il oublie simplement que les lois en vigueur actuellement, ce sont toujours celles de la majorité à laquelle il appartenait ! Ce laxisme judiciaire, c’est celui que Christian Estrosi et les siens ont laissé perduré et ont même aggravé. Christian Estrosi se plaint aussi du manque d’effectifs de police, notamment au commissariat des Moulins. C’est pourtant aussi sa majorité qui a décidé de réduire le nombre de policiers et de gendarmes dans notre pays, il en est donc responsable.

    Plus grave encore en matière d’escroquerie politique, l’appel de Christian Estrosi – à la suite du vote suisse – à un référendum sur l’immigration. Non pas que nous y serions défavorables… mais comment croire celui qui peut dire cela après avoir appartenu à un gouvernement ayant fait entrer en France UN MILLION de nouveaux immigrés entre 2007 et 2012 ?

    On le voit, à 5 semaines des élections c’est « à droite toute » pour Christian Estrosi ! Mais dans le discours et uniquement dans le discours, car les 6 années écoulées témoignent que sur le plan de l’action le député-maire n’a pas été aussi viril que dans ses déclarations.

    C’est cette « estroquerie » permanente, cette duplicité, que nous entendons dénoncer avec force tout au long de cette campagne.

    Philippe Vardon


    Pourquoi les identitaires ne participeront pas à la liste de Jacques Peyrat

    10 février 2014

    [Communiqué du 10 février 2014]

    Après de nombreuses réunions avec Jacques Peyrat et ses proches, je suis aujourd’hui bien forcé de reconnaître que nous ne sommes pas parvenus à trouver un terrain d’entente sur la ligne politique que devrait défendre une éventuelle liste commune. C’est essentiellement pour cela que les identitaires ne soutiendront pas la candidature de Jacques Peyrat et que j’ai refusé de participer à sa liste.

    Cela n’enlève rien à la sympathie personnelle, l’affection même, que j’ai pour Jacques Peyrat. Je considère aussi qu’il fut un très bon maire de Nice de 1995 à 2008, Christian Estrosi s’attribuant aujourd’hui une bonne partie de ses réalisations d’ailleurs.

    Mais sans ligne claire, sans objectifs précis, sans équipe réelle – un conglomérat d’ambitions ou de rancœurs ne formant pas une équipe – cette liste n’a au fond pas de vraie raison d’être, ou de mauvaises raisons.

    Le combat pour la ligne 2 (et 3) du tramway en surface ne fait pas un projet, d’ailleurs hormis Christian Estrosi tous les candidats et sans doute l’immense majorité des Niçois sont opposés à cette folie. Vouloir réhabiliter un bilan, certes positif, ou encore finir les projets abandonnés à cause de la défaite de 2008, ne peut pas davantage justifier une candidature en 2014.

    Jacques Peyrat est prisonnier d’un entourage de courtisans frileux, souvent sans expérience politique et concevant tout partenaire éventuel comme une concurrence. Ils ont contribué à l’isolement de sa candidature, et l’ont enfermé dans cette posture uniquement gestionnaire, quasiment apolitique. Les personnes de qualité au sein de l’Entente Républicaine, plaidant dans le même sens que moi, ont été reléguées au second plan.

    En 2008, j’ai voté (et j’ai appelé à voter) pour la liste de Jacques Peyrat lors du second tour. J’ai donc été trahi, comme 32 000 Niçois, lorsque 10 des 11 conseillers municipaux que j’avais participé à faire élire ont finalement rejoint la majorité de Christian Estrosi au conseil municipal.

    Aujourd’hui je suis quasiment certain que le même schéma pourrait se répéter : si Jacques Peyrat parvient à être élu, il démissionnera à nouveau, et alors je ne crois pas que la centriste Brigitte Ferrari ou le villepiniste Hervé De Surville – respectivement en seconde et troisième position sur sa liste – auront une colonne vertébrale idéologique suffisamment solide pour rester six longues années dans l’opposition. Eux qui déjà aujourd’hui refusent de mener une vraie campagne combative face à Estrosi.

    Je ne veux pas, Nissa Rebela ne peut pas, participer à faire élire de futurs conseillers municipaux dans lesquels nous n’avons pas une entière confiance. Il y aura déjà bien assez d’élus estrosistes, sans compter ceux que les listes Bettati ou Arnautu viendront lui offrir…

    Nous pensons tout au contraire qu’il faut dans cette campagne municipale un projet clair et fort, offrant une véritable vision alternative à celle de Christian Estrosi (et de la gauche), et cela pas uniquement sur la ligne 2 du tramway.

    Sa réélection étant, malheureusement, désormais acquise, il faut faire entrer au conseil municipal des élus d’opposition déterminés et incorruptibles. Des élus dont l’engagement sera appuyé sur de solides convictions et qui ont déjà démontré leur courage face à l’adversité.

    J’annoncerai dans les jours qui viennent ce que nous ferons, et avec qui, dans le cadre de notre participation à ces élections municipales.

    Philippe Vardon

     


    Réaction de Philippe Vardon au sondage IPSOS

    1 février 2014

    [Communiqué du 31 janvier 2013]

    Le sondage Ipsos publié ce jour confirme, et amplifie parfois, les tendances fortes des précédentes enquêtes réalisées dans le cadre des municipales niçoises.

    > Christian Estrosi, profitant des divisions et du déficit total d’opposition concrète (aucune vision alternative sur le devenir de notre ville ne lui est réellement opposée), pourrait bien finir par être réélu au 1er tour. Ce qui est loin de me faire plaisir, on s’en doute.

    > Les listes « apolitiques », « trans-partisanes », « de droite, de gauche, du centre », etc. stagnent totalement. Confirmant là aussi que les Niçois attendent une voix forte et pas seulement un plan de gestion ou un nouveau projet pour la ligne 2 du tramway.

    > La liste Arnautu-Nofri s’effondre, perdant 7 points sur le précédent sondage, ce qui la place désormais à 13% du résultat réalisé par Marine Le Pen lors des élections présidentielles ! On savait déjà que cette liste – accueillant davantage d’anciens estrosistes que de frontistes – était loin de faire l’unanimité parmi les militants et adhérents du Front National et du Rassemblement Bleu Marine, désormais même les électeurs patriotes lui tournent le dos.

    Nice a besoin d’une liste rassemblant réellement les identitaires et patriotes, puisque Mme Arnautu s’y est refusée, pour ne pas dire qu’elle s’en est montrée incapable.

    Nice a besoin d’une liste affirmant clairement ses idées et son projet : retour à la sécurité, lutte contre la fiscalité délirante, défense de l’identité, refus de l’immigration et de l’islamisation.

    Nice a besoin d’une liste parlant clair et fort.

    C’est à la constitutions de cette liste que nous entendons contribuer de toutes nos forces.

    Philippe Vardon

     


    Réaction de Philippe Vardon au décès du « nationaliste nissart » Alain Roullier

    27 janvier 2014

    [Communiqué du 27 janvier 2013]

    Alain Roullier m’avait toujours reproché de ne pas être indépendantiste. Il est vrai que pour ma part, si je ne m’offusque nullement d’être considéré comme « régionaliste », « fédéraliste » ou « autonomiste », je considère aujourd’hui que l’avenir du Pays Niçois est au sein de la nation française. Pour autant, je suis favorable à la création d’un département Pays Niçois, et surtout à une République davantage respectueuse des identités et libertés locales, et donc des nôtres pour commencer. De mon côté, j’ai toujours reproché à Alain Roullier de manquer de cohérence en voulant défendre l’identité nissarde mais sans jamais oser dénoncer à l’immigration massive ou l’islamisation de notre ville. Bref, nous ne nous sommes jamais entendus politiquement.

    Pour autant, je salue en lui celui qui le premier aura porté sur le terrain politique la question de la souveraineté niçoise mais aussi et surtout l’écrivain qui aura eu à cœur de rétablir certaines vérités nécessaires à une meilleure appréhension de notre histoire et donc de notre futur.

    En ce jour, et au-delà des divergences, je tiens donc à m’associer à la douleur de ses proches.

    Philippe Vardon


    Réaction de Philippe Vardon à l’énième « affaire du voile islamique »

    23 janvier 2014

    [Communiqué du 23 janvier 2013]

    Cette fois-ci c’est donc l’action en justice intentée par une mère à qui l’on a refusé d’accompagner une sortie scolaire (en application de la circulaire Chatel récemment confortée par une décision du Conseil d’État) qui remet une fois de plus sur le devant de la scène la question du voile islamique. Le port du voile (sous ses différentes formes) revient régulièrement dans le débat politico-juridique depuis 15 ans. En réalité, ce sujet n’est que l’illustration la plus visible, et donc médiatique, de la progression de comportements revendicatifs de la part des musulmans résidant en France – qu’ils soient étrangers, binationaux ou de nationalité française. C’est ce phénomène, lié directement à l’accroissement de la population musulmane via l’immigration massive et incontrôlée, qui est appelé islamisation.

    Je ne surprendrai personne en disant que je suis bien entendu opposé au port du voile dans le cadre de l’accompagnement des sorties scolaires, mais plus globalement dans l’espace public. Tout simplement parce qu’il est à mes yeux l’affirmation d’un refus de notre vivre-ensemble et de notre identité.

    Dans cette affaire, je remarque que l’avocat, Me Sefen Guez Guez, est le même que dans le dossier de l’agent de sécurité aéroportuaire accusé de radicalisation islamiste par la préfecture. Est-ce un hasard, une spécialisation, agit-il au nom d’associations musulmanes ?

    Je m’étonne aussi du discours de Christian Estrosi, feignant la fermeté. On ne peut pas – comme il le fait – collaborer avec les musulmans extrémistes de l’UOIF dans le cadre des mosquées de Nice, laissant donc se développer des phénomènes de radicalisation, et ensuite venir jouer la surprise face au développement de ce genre d’affaires dans notre ville.

    A mes yeux, la seule solution passe par un discours clair, mais respectueux, de refus de l’islamisation de notre ville, notre pays et notre continent.

    La mère musulmane voilée a déclaré qu’elle n’avait pas voulu « se renier » en ôtant son voile pour accompagner cette sortie scolaire. Elle comprendra donc aisément que nous ne voulons pas non plus nous renier en reculant sur la défense des valeurs de notre civilisation.

    Philippe Vardon


    Précisions sur la position de Philippe Vardon vis-à-vis du FN-RBM

    18 janvier 2014

    [Communiqué du 18 janvier 2013]

    J’ai souhaité profiter de la venue de Jean-Marie Le Pen à Nice pour apporter des précisions sur ma position vis-à-vis du FN et du RBM, sur le plan niçois, départemental et même national.

    Dans le livre du journaliste David Doucet (Histoire du Front National), c’est ce même Jean-Marie Le Pen qui déclarait à mon propos « Je ne suis pas contre sa venue », emboîtant le pas à Steeve Briois s’enthousiasmant pour sa part dans le même ouvrage : « Je le dis de but en blanc : Vardon à sa place au FN ! » Ce livre est paru en septembre 2013, deux mois seulement avant que je me vois refuser l’entrée au sein du Rassemblement Bleu Marine, ce qui semble en contradiction évidente avec les déclarations du Président d’honneur et du Secrétaire général du FN. Cela, tout autant que les deux jours d’hésitation autour de mon adhésion, suffit je crois à démontrer le rôle qu’a pu jouer le duo « Arnofri » dans cet épisode, usant et abusant de ses relais et soutiens auprès des instances parisiennes du RBM. Pour eux, il ne fallait surtout pas qu’un rapprochement soit rendu possible sur le plan local…

    Chacun le sait désormais : l’attitude méprisante affichée par Marie-Christine Arnautu sous l’influence nocive de son directeur de campagne Gaël Nofri, la composition de la liste qu’ils entendent mener devant les électeurs Niçois (qu’ils auront donc préféré ouvrir à d’anciens UMP qui chérissaient encore Estrosi la veille plutôt qu’aux identitaires), et la ligne politique qu’ils semblent vouloir défendre (Mme Arnautu déclarant par exemple dans un entretien à Nice Matin ne pas être opposée à la construction de mosquées dans la ville si elles sont financées par les fidèles, ne sachant sans doute pas que notre ville compte déjà 18 lieux de cultes musulmans), ont rendu impossible toute entente.

    Chacun le sait aussi, je participerai donc à cette élection sur une autre liste de rassemblement des patriotes et identitaires, défendant réellement nos idées et notre projet pour Nice face au système Estrosi.

    Pour autant, si je regrette amèrement la situation niçoise, ma position concernant les autres communes reste inchangée : je soutiens l’union la plus large possible du camp antimondialiste, au-delà des divergences réelles mais surmontables, et cela dès le 1er tour des élections municipales. Il est évident que dans l’immense majorité des villes cette union s’incarne à travers les listes « Bleu Marine ». Je constate d’ailleurs que ce qui a été possible dans de très nombreuses communes de France, ou du département (je pense notamment aux listes présentées à Grasse, à Antibes, à Menton, à Cannes ou au Cannet auxquelles je souhaite la plus grande réussite possible), ne l’a pas été à Nice.

    Si j’ai souhaité adhérer au RBM, c’était dans une démarche sincère, et je ne retire rien de ce que j’ai pu écrire ou dire alors. Je rappelle aussi que j’ai soutenu publiquement la candidature de Marine Le Pen lors de la dernière élection présidentielle. Ce n’était pas le cas des ex-UMP venus aujourd’hui tranquillement prendre la quatrième et la cinquième place de la liste « FN » à Nice !

    Ainsi, si je serai en mars prochain l’adversaire de la liste que pilotera Mme Arnautu avant de partir vers Bruxelles, je tenais à préciser clairement que je ne suis pas pour autant devenu l’ennemi du FN-RBM et de sa présidente.

    Philippe Vardon


    Réaction de Philippe Vardon à l’annonce des colistiers de Mme Arnautu

    7 janvier 2014

    [Communiqué du 7 janvier 2013]

    Les doutes, les craintes, les avertissements que j’avais émis depuis des semaines quant à la future liste portant les couleurs (mais semble-t-il plus les idées) du FN aux élections municipales de Nice se sont vus confirmés hier lors de la présentation de ses 10 premiers colistiers par Marie-Christine Arnautu. Comme beaucoup de Niçois, comme beaucoup de frontistes aussi, je suis dépité.

    Premier constat, cette liste ne comprend pas Robert Ripoll qui était pourtant le candidat dont Marine Le Pen aurait souhaité qu’il mène la liste ! Dans Nice Matin il a expliqué avoir quitté le bateau à cause de désaccords avec Mme Arnautu, notamment car celui-ci souhaitait voir mise sur pied une véritable liste de rassemblement patriotique avec Jacques Peyrat et les identitaires. Or, comme chacun le sait il n’en sera rien.

    Bien au contraire, cette liste pilotée par Marie-Christine Arnautu et Gaël Nofri (deux candidats dont Marine Le Pen ne voulait pas pour Nice à l’origine, il est quand même utile de le rappeler) ne voit parmi ses 10 premiers représentants que des proches de ce même Gaël Nofri. Ni « marinistes » donc, M. Ripoll ayant été aimablement poussé vers la sortie, ni même militants ou responsables « historiques » du FN sur Nice.

    Pire encore, la seule ouverture dont Mme Arnautu et M. Nofri se soient montrés capables c’est vers l’UMP ! Pour le dire autrement : on écarte les « historiques » du FN, on écarte ceux ayant pourtant la préférence de Marine Le Pen, on écarte les identitaires et les peyratistes ; pour ouvrir la liste à ceux qui étaient encore estrosistes avant-hier et on leur offre même les 4ème et 5ème places.

    Que dire de ces deux « prises » ? Tout d’abord qu’on est bien loin des « figures » de l’UMP annoncées préalablement.

    Marc-André Domergue, présenté comme ancien directeur du Rugby Club de Nice, a en fait seulement été manager de ce club pendant un an et il n’a pas laissé de très bons souvenirs à ses joueurs et son staff. Un club qui sera relégué administrativement de la Fédérale 1 à la Fédérale 3 peu après son passage, avant d’être placé en liquidation judiciaire puis dissous en juin 2012. A l’UMP, il n’était qu’un adhérent de base.

    Martine Martinon était effectivement en 62ème position sur la liste de Christian Estrosi en 2008, une place ne lui permettant donc pas d’être élue. Chance que la liste de Mme Arnautu et M. Nofri lui offrira ! Même si celle-ci se déclarait encore estrosiste et participait aux manifestations de Christian Estrosi ces derniers mois. Soutenant donc la politique menée par celui-ci pendant 6 ans ?

    L’objectif de cette liste sera donc de faire élire des amis de Gaël Nofri ou d’anciens (?) UMP déguisés en « bleu marine » ? Mme Arnautu, elle, n’étant ici que pour préparer son élection au Parlement Européen. C’est consternant.

    Désormais, il semble évident que le rassemblement des patriotes se fera ailleurs. Je compte bien m’employer, comme c’est le cas depuis des années, à œuvrer dans le sens de celui-ci.

    Philippe Vardon

     


    Réaction de Philippe Vardon sur le départ de Jean Icart de la liste peyratiste

    19 décembre 2013

    Jean Icart a annoncé aujourd’hui, par un communiqué de presse lapidaire, sa sortie de l’union derrière Jacques Peyrat. Pour aller s’offrir à un autre candidat ?

    Jean Icart reproche dans son communiqué “la rigidité de ses positions” à Peyrat, reproche qu’on ne peut effectivement pas faire au conseiller général… Cette “rigidité” me semble plutôt être une qualité au moment où chacun tente de nous expliquer que dans une élection municipale il n’y aurait pas d’idées et de débat de fond mais simplement de la gestion.

    Dans le cadre de cette élection de mars prochain, je crois tout au contraire que les Niçois attendent un discours clair et fort et un projet doté d’une véritable armature.

    Philippe Vardon – président de Nissa Rebela