• Accueil
  • Présentation
  • Actions
  • Affiches
  • Journal
  • Documents
  • Boutique
  • Adhésion
  • Contact
  •  

    Philippe Vardon sur France Bleu Azur

    15 février 2014


    Nice Premium : “Philippe Vardon en course pour les municipales niçoises”

    13 février 2014

    S’il y a eu un sortant en la personne de Jean Icart pour cause d’aventure éditoriale, il y a un nouvel, et vraisemblablement dernier entrant. Le casting de l’élection municipale à Nice reste inchangé en nombre mais change de profil. 

    Sortie d’un calme et expérimenté, entrée d’un sanguin combattant… Qui a gagné au change ?

    Il s’agit de Philippe Vardon, le leader des identitaires de Nissa Rebela, qui faute d’accord avec une des têtes des listes de droite non-UMP, a finalement décidé de participer à la course électorale en solo sous les couleurs de “Immigration-Islamisation-Insécurité-Impôts : Basta ! avec Philippe Vardon, la seule opposition”..

    Mais, contrairement aux autres candidats qui se voient tous assis dans le fauteuil de Maire, Philippe Vardon donne la victoire déjà assignée à Christian Estrosi et il va se battre pour devenir “la seule opposition réelle et crédible” au conseil municipal. A-t-il vraiment si tort ?

    “Oui, nous serons la liste du petit peuple niçois et nous en sommes fiers ! Comme moi et comme les 64 autres personnes qui composeront notre liste et qui ont fait le choix de la résistance et de l’insoumission” a affirmé le nouveau candidat.

    Après la petite histoire de ses tentatives pour monter une liste unique de droite anti-estrosi, sans toutefois y réussir (“Ces derniers mois, j’ai perdu beaucoup de temps, trop de temps, avec des politicailleries, des politicards, cherchant à les raisonner, cherchant à les convaincre, cherchant à leur faire partager ce qui nous anime. En vain”) , Philippe Vardon a assumé son rôle d’opposant en chef : ” Notre liste incarne la seule opposition autour d’une ligne politique claire et forte, d’un véritable projet alternatif à celui de Christian Estrosi et de la gauche pour l’avenir de notre ville”.

    Pour terminer avec un appel clairement ciblé : “Nous appelons tous les Niçois, toutes les Niçoises, toutes celles et tous ceux qui ont à cœur de défendre cette ville et ses racines, à nous soutenir dans cette lutte : en rejoignant nos équipes militantes dans les quartiers, et bien entendu en votant pour notre liste en mars prochain”.

    Le collectif des dissidents du FN qui ont récemment quitté le navire de madame Arnautu seront les premières oreilles attentives à celui-ci ?

    La nouvelle tête de la liste était accompagné de : Benoît Loeuillet, Eric de Linares, Aulde Maisonneuve et Clément Martin. Les premiers noms des 64 autres nécessaires à la constitution d’une liste. Une réunion de fin de campagne est prévue le 17 mars prochain à Acropolis.

    Source: Nice Premium


    L’Intrus “Nissa Rebela ouvre le feu”

    13 février 2014

    “Christian Estrosi le sait désormais : pour lui plus de répit, la chasse est ouverte ! ” : alors même que la saison de la chasse au faisan vient de se terminer, Philippe Vardon proclame ouverte la traque au maire sortant et donne le ton la campagne de Nissa Rebela : tranchant. Dans le vif et dans le tas. Face aux positions des candidats  “englués dans les histoires de tracé du tramway” , le parti de l’identité niçoise se présente comme  “la seule opposition” au maire (non)sortant. Auquel il promet de sombres heures et des nuits blanches :  “Puisqu’il (Christian Estrosi) ne daigne pas venir débattre face aux Niçois, alors nous irons le chercher là où il se planque” . Taïaut !

    Source: L’Intrus


    La déclaration de candidature de Philippe Vardon dans la presse

    12 février 2014

    Nice-Matin

    Cliquez pour agrandir

    20 minutes

    20minutes

    Métro

    Métro

    Direct Matin

    Direct Matin


    Philippe VARDON présente ses vœux pour Nice en 2014

    16 janvier 2014


    Tractage au Marché de la Libération

    16 janvier 2014


    Pour l’association “Contribuables Associés” Estrosi mérite un 0/20 !

    11 janvier 2014


    Tract distribué aujourd’hui à l’entrée du meeting de Christian Estrosi

    18 novembre 2013


    Augmentation des tickets de bus/tram : un symbole de l’incurie estrosiste !

    18 mars 2013

    [Communiqué du 18 mars 2013]

    Le 29 mars 2013, le conseil de la Métropole doit voter le passage du ticket de bus/tramway de 1€ à 1,50€. Il s’agit là d’une augmentation très importante, qui aura des conséquences sur le pouvoir d’achat des Niçois, en particulier des familles et des plus humbles.

    Alors que la municipalité a décidé depuis des années de faire la chasse aux automobilistes, il s’agit d’une étrange façon de promouvoir les transports en commun… Malheureusement, c’était pourtant prévisible. Rappelons que lorsque Christian Estrosi, alors président du Conseil général, avait ramené les tickets de 1,30€ à 1€ Jacques Peyrat – encore maire de Nice – avait tenté de s’y opposer. Il prévoyait alors que le coût de cette baisse serait trop important pour la collectivité. Christian Estrosi se préparait déjà à être candidat aux élections municipales, et pour se positionner il n’a pas hésité à prendre le risque de déséquilibrer les finances de la ville.

    Aujourd’hui, ce sont tous les Niçois qui vont payer le prix fort cette générosité irresponsable aux motifs essentiellement électoralistes !

    Christian Estrosi prétend – au motif que les tarifs des carnets et des abonnements resteront inchangés – que ce sont les touristes qui paieront. Ainsi, d’après lui tous les usagers niçois sont abonnés ou achètent leurs tickets par dizaine ? Il existe bien entendu un très grand nombre d’utilisateurs occasionnels des transports qui seront pénalisés par cette augmentation mirobolante.

    Si Christian Estrosi souhaitait réellement sauvegarder le pouvoir d’achat des Niçois et faire payer les touristes, il instaurerait – comme cela existe dans de nombreuses grandes villes touristiques – des tarifs différenciés pour les habitants.

    La réalité c’est que les finances de la Ville et de la Métropole sont exsangues, et qu’à travers cette augmentation Christian Estrosi vient de créer de fait une nouvelle taxe sur les foyers niçois. Nous nous chargerons de le rappeler aux électeurs dans un an.


    2014, vite!

    7 novembre 2012


    Efficacité estrosiste : 0,8 interpellation par caméra en 2011

    21 décembre 2011

    Allez, premier calcul facile , combien de caméras en moyenne pour une interpellation ? 624 caméras divisées par 500 interpellations = 1,2. Soit, moins d’une procédure par caméra et par année. Simple donc… Et révélateur sur la notion municipale d’efficacité.

    Penchons-nous sur le coût global du dispositif. Selon Le Petit Niçois, l’installation de ces 624 caméras coûtent quelques 8,7 millions d’euros d’investissement.

    Allez hop, calculette pour obtenir le coût par caméra : 8 700 000 / 624 = 13 942 euros (on vous épargne les chiffres après la virgule). Que je multiplie par 1,2. Cela nous met l’interpellation à environ 16 730 euros.

    [source]


    L’Entente républicaine dépose un nouveau recours

    9 décembre 2011

    La Gare du Sud s’invitera-t-elle au tribunal administratif ? Hier, le conseiller municipal Jean-Claude Mari, seul représentant du groupe Entente républicaine (parti de l’ex-maire Jacques Peyrat), a déposé un recours pour « excès de pouvoir » concernant ce projet. L’action porte sur le montage financier de l’opération et la vente pour 1 € du terrain à la société SCCV Nice Gare du Sud, dirigée par Icade, promoteur en charge des travaux. « La ville a vendu à ce prix symbolique un terrain qu’elle avait acheté plus de 20 millions. Une fois le projet fini, la société revendra à la municipalité des constructions qu’elle a financées, détaille le conseil d’Entente républicaine. Or la ville aurait du passer un marché et financer elle-même les travaux ». Le recours pourrait donner lieu à une audience d’ici un à deux ans mais ne suspendra pas le lancement du chantier. Pour ce faire, l’Entente républicaine songe à déposer une action en suspension auprès du juge des référés et prendra sa décision d’ici peu. Un recours similaire avait déjà été déposé par André Chauvet, conseiller municipal Entente républicaine. Récemment rallié à la majorité municipale, il venait de le retirer.

    [20 minutes]


    Estrosi : il a voté contre le PACS, aujourd’hui il serait favorable au mariage gay et à l’adoption d’enfants par des couples homosexuels

    27 mai 2011

    Il y a 10 ans, Christian Estrosi s’opposait au PACS, dénonçait la pression des lobbies et défendait le mariage et la famille traditionnelle (cf. citations ci-dessous).

    Aujourd’hui il fait “célébrer” les PACS dans la salle des mariages de la mairie et devance les revendications des lobbies en inaugurant un centre “Lesbiennes Gays Bisexuels Transexuels” (LGBT), hébergé dans des locaux de la mairie et financé par celle-ci. C’est-à-dire par les impôts des Niçois, qui – peut-être – pourraient se dire que ces locaux et cet argent seraient aussi bien utilisés en réalisant des équipements collectifs au service d’une plus large partie de la population… Des crèches par exemple !

    Mieux encore (ou plutôt PIRE encore)… nous apprenons dans un article de la revue Têtu que l’entourage de Christian Estrosi le présente comme favorable au mariage gay et à l’adoption d’enfants par des couples homosexuels.

    Sic transit gloria mundi.

    ————

    - Même si votre majorité est mise au pas, sous les ordres des lobbies, vous commettez une grave erreur, en n’écoutant pas les Français, et vous le savez bien. C’est pourquoi vous n’avez pas hésité, pour faire adopter le PACS, à engager une vaste entreprise de désinformation.

    Vous n’avez pas le courage d’assumer la seule et unique vocation de ce texte, c’est-à-dire l’introduction dans le droit français d’un véritable mariage homosexuel.

    - En fait, vous déstabilisez la société dans son entier, en mettant sur un pied d’égalité les couples quelle que soit leur sexualité. Loin d’être un homophobe patenté, il me paraît tout de même essentiel de rappeler que le meilleur moyen d’assurer la continuité de notre société et de notre civilisation est de faire des enfants qui demain travailleront, paieront les retraites des plus âgés et seront la richesse de notre pays. Et que je sache – mais certains d’entre vous ont peut-être des éléments nouveaux – le meilleur moyen de faire des enfants est encore de former un couple d’un homme et d’une femme et non de deux hommes ou de deux femmes.

    C’est ce qu’on appelle la loi de la nature. Je crains que, si nous la contournions, les conséquences ne soient imprévisibles et dommageables pour notre société tout entière et probablement pour notre civilisation.

    L’Etat a donc un rôle à jouer en favorisant les familles au travers d’une politique familiale que vous bafouez alors qu’elle devrait traduire la reconnaissance de la nation envers les familles qui préparent l’avenir, celles qui, précisément, font des enfants.

    - Vous voulez donner dans notre code civil la même force au concubinage et au PACS qu’au mariage. Je pense pour ma part que nous devons donner un peu plus de solennité à l’acte du mariage. Vous vous y refusez, et c’est profondément regrettable.

    - Nous devinons bien votre jeu qui vise à affaiblir le mariage pour étendre, peu à peu, dans la société, la notion de pacte civil de solidarité, lequel remplaçant le mariage, ouvrirait la voie à tous les excès et, surtout, à ceux que vous ne voulez pas voir !

    - Je veux redire notre surprise d’avoir à débattre encore d’un tel texte. En effet, (…) chacun de ceux qui avaient à décider aurait dû procéder à une profonde remise en question. Hélas, tel n’a pas été le cas, et, malgré les dangers de ce texte, malgré l’opposition des Français à sa philosophie même, vous avez préféré continuer à céder à la pression de quelques lobbies.

    - Oh, ça vous énerve ! Mais quel bonheur de vous énerver, mesdames et messieurs les députés socialistes. Parce que vous n’aimez pas les enfants, parce que vous n’aimez pas les femmes ! C’est une réalité. Nous, nous sommes les défenseurs de la famille !

    - Comment justifier auprès de ces familles que les couples issus du PACS qui, par définition et à une très grande majorité, n’auront pas d’enfant, vont bénéficier d’avantages quasi-identiques à ceux dont elles disposent ? C’est en cela que ce projet est pernicieux, car il est déstabilisateur d’une société bien au-delà de ce que nous pouvons imaginer. Alors que des jeunes n’ont plus d’échelle des valeurs, que certains de plus en plus jeunes tuent, violent, volent pour un oui ou pour un non, vous faites perdre encore un peu plus les repères à ceux qui en ont le plus besoin ; ceux qui sont en devenir.

    - Nous proposons donc de nouveau, car cette disposition nous paraît fondamentale, qu’il soit inscrit clairement dans un article distinct qu’un couple de pacsés n’a aucun droit en matière d’adoption ou de procréation médicalement assistée.

    - Après avoir supprimé pour près de 6 milliards de francs d’aides aux familles qui consentent des sacrifices importants pour élever leurs enfants, des familles qui construisent la France, des familles qui assurent la pérennité de nos comptes sociaux et de nos retraites, vous préférez aujourd’hui en faire profiter des citoyens qui n’useront du présent texte que pour bénéficier d’avantages fiscaux et sociaux.

    [source : Assemblée Nationale]


    « Maîtres chez nous » : Nissa Rebela présente son programme départemental

    14 mars 2011

    [Communiqué du 14 mars 2011]

    « Maîtres chez nous », c’est derrière ce slogan et ce titre que les candidats identitaires de Nissa Rebela ont décidé de placer leur campagne et de présenter leur programme d’action départementale.

    Loin des candidats dont le seul argument est d’appartenir à la majorité, ou encore de ceux qui se contentent de répéter des slogans conçus par des boîtes de communication parisienne en espérant profiter d’une vague nationale, Nissa Rebela a décidé de présenter aux électeurs un programme complet. Sa lecture permettra à chacun de se faire une idée de ce que défendraient les conseillers généraux identitaires au sein de l’assemblée départementale.

    Le programme –intégralement consultable sur le site internet du mouvement, ou disponible en version imprimée- s’articule autour des axes suivants, tous accompagnés de propositions concrètes :

    - Identité : défendre notre langue et nos traditions

    - Souveraineté : pour un département Pays Niçois

    - Démocratie : donner la parole au peuple

    - Fiscalité : ne payons plus pour les autres

    - Sécurité : reprendre nos rues à la racaille

    - Islamisation : oui à la socca, non à la burqa

    - Localisme : vivre et travailler au pays

    Chacun de ces axes exprime, sous des angles différents, notre volonté farouche de rester (et souvent redevenir) maîtres chez nous.

    Maîtres chez nous, cela signifie tout d’abord que nous ne devons plus avoir l’impression de devenir des étrangers sur notre propre sol. Nous voulons pouvoir nous sentir en sécurité dans toutes les rues, tous les quartiers et toutes les villes du Pays Niçois. Nous voulons pouvoir affirmer librement et défendre sereinement notre identité.

    Pour permettre à nos enfants de s’épanouir en Pays niçois, nous devons avoir la maîtrise de nos finances et pouvoir favoriser le tissu économique local. Nous devons aussi pouvoir contrôler l’habitat et l’urbanisme pour garantir aux jeunes foyers comme à nos aînés de pouvoir vivre à l’abri de la spéculation immobilière. Enfin, nous voulons pouvoir nous prononcer par référendum sur les grandes orientations de la vie départementale pour ne pas laisser les politiciens continuer à trahir leurs engagements électoraux.

    Le 20 mars, votez pour des candidats qui ont un véritable programme local en phase avec les enjeux et défis de notre département, votez pour des candidats qui vous défendent toute l’année, votez identitaire pour rester maîtres chez nous !

    * Vous pouvez commander le programme : 5 euros pour un exemplaire, et 20 euros pour dix. Commande à adresser à NR – BP 13 – 06 301 Nice cedex 04, chèques à l’ordre de NR.


    Estrosi utilise à Paris une voiture de Nice

    9 mars 2011

    Le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, utilise à Paris une voiture de fonction de sa municipalité et fait venir deux jours par semaine un chauffeur depuis la Côte d’Azur, affirme le Canard Enchaîné à paraître demain.

    [...]

    Le Canard affirme que, après avoir retrouvé son siège de député des Alpes-Maritimes le 14 décembre, l’ancien ministre de l’Industrie a décidé de “faire venir à Paris sa Citroën C6 municipale”, qu’il “fait garer sur le parking de l’aéroport d’Orly” quand il regagne Nice. Par ailleurs, Christian Estrosi fait “acheminer un chauffeur de sa mairie de Nice pour qu’il le trimballe dans les rues de Paris les jours de session parlementaire”. Le chauffeur vient en avion “le mardi en fin de matinée” et repart pour la Côte d’Azur “le mercredi en fin de soirée”.

    [sur le site du Figaro]