• Accueil
  • Don
  • Présentation
  • Actions
  • Affiches
  • Journal
  • Documents
  • Boutique
  • Adhésion
  • Contact
  •  

    Ce soir 19h à Tourrettes-Levens

    29 août 2012


    Élection cantonale de Levens le 9 septembre – votez identitaire !

    27 août 2012


    10ème Hommage à Catherine Ségurane – dimanche 2 septembre

    22 août 2012


    Jacques Peyrat répond aux enseignants de nissart et d’occitan

    8 juin 2012

    Dans le cadre de la campagne des élections législatives, les enseignants en langue d’oc du FELCO-CREO (Fédération pour l’Enseignement de la Langue et de la Culture d’Oc) ont adressé un questionnaire aux candidats à la députation. Voici la réponse de Jacques Peyrat.

    Messieurs,

    Veuillez trouver ci-dessous les réponses au questionnaire que vous avez bien voulu me faire parvenir.

    Avant de répondre à celles-ci, je souhaiterais rappeler à vos membres et à vos lecteurs que je fus l’ardent défenseur de la lenga nissarda durant mes deux mandats à la mairie de Nice. Travaillant avec mon adjoint au patrimoine Dédé Truqui, mais aussi avec les acteurs associatifs, j’ai œuvré afin de réintroduire la langue au quotidien dans la vie des Niçois. Ainsi, j’ai introduit la signalisation bilingue (Nice/Nissa) à toutes les entrées et sorties de la ville, ainsi que pour les rues de toute la vila vielha. Dans le même temps, j’ai fait rentrer le nissart dans nos écoles maternelles.

    ———————–

    1) Quelles mesures comptez-vous prendre pour développer et généraliser l’offre d’enseignement de langues régionales dans le service public de l’Education Nationale ?

    L’offre d’enseignement des langues régionales dans le service de l’Education Nationale manque clairement d’un espace bien défini.

    A l’heure actuelle il me semble qu’une mission interministérielle, ou un groupe de députés (dépassant les clivages partisans, qui sont souvent peu effectifs sur cette question), devraient établir un rapport clair quant aux besoins réels, aux carences donc, et à la demande existant. Nous savons d’ores et déjà que dans de nombreuses académies, des jeunes ne peuvent apprendre la langue de leurs anciens faute de professeurs et (c’est évidemment lié) faute de plages horaires adaptées. Il en est ainsi dans l’Académie de Nice ou bien souvent des élèves doivent empiéter sur leur pause déjeuner pour suivre leurs cours de nissart. Ce n’est pas tolérable.

    Une fois un rapport clairement établi, je pense qu’il faudrait envisager une loi-cadre sur l’enseignement, et le développement, des langues régionales. Partie fondamentale de notre identité, celles-ci ne doivent plus être traitées comme une option au rabais ou une préoccupation folklorique. Les langues régionales (et cela doit aussi être présenté de la sorte aux élèves) ne sont pas seulement là pour grappiller quelques précieux points au baccalauréat, mais pour maintenir vivant le lien entre passé et avenir, entre ancêtres et héritiers. La langue, et je parle ici tant du français que des langues régionales, est l’un des moyens permettant de lier les maillons de la chaîne.

    Lire la suite »


    Notre identité

    20 décembre 2011

    “L’identité est constituée par la conjonction des principes de filiation et de transmission, le socle des traditions populaires et orales (dont la langue), les coutumes et les mœurs, l’acceptation d’un passé commun (l’histoire) et la volonté de vivre ensemble dans l’avenir. L’identité, c’est une certaine façon de fêter la vie, d’honorer les morts, de regarder le monde et aussi de le conter, ce qu…i suppose une mémoire commune.

    L’identité d’un peuple est ce qui le rend incomparable et irremplaçable. Car l’identité, c’est à la fois ce qui fait que des hommes se ressemblent (et donc selon la loi naturelle indéniable se rassemblent) et ce qui différencie un homme d’un autre, un peuple d’un autre.

    L’identité défendue par les Identitaires est plurielle et s’articule en plusieurs niveaux : l’identité charnelle (régionale), l’identité historique (française) et l’identité civilisationnelle (européenne). Pour nous, ces identités sont complémentaires. On peut donc, par exemple, se sentir à la fois Breton, Français et Européen, ou Dalmate, Croate et Européen ou encore Bavarois, Allemand et Européen. Chacune de ces identités renforce l’autre et constitue un ensemble organique cohérent.”

    [sur le site du Bloc Identitaire]


    Neuvième hommage à Ségurane

    22 août 2011


    Journada Rebela, Place Arson, Dimanche 17 juillet à partir de 14h30

    13 juillet 2011

    : Journada Rebela :

    Le dimanche 17 Juillet, les Identitaires du Pays Niçois vous invitent à la Journada Rebela, qui aura lieu place Arson, dans le quartier historique du Port.

    Ce rendez-vous familial – entre action politique et culturelle – sera ponctué d’animations telles des initiations aux danses traditionnelles, à la Mourra ou au Pilou, ainsi que des stands (livres, tee-shirts, nourriture, musique), le tout accompagné de musiques traditionnelles, Rock et Electro.


    “Je rejetais l’idéologie du monde moderne pour rechercher mes racines”

    20 mai 2011

    Un superbe entretien avec l’animateur de l’association la Manada regroupant des jeunes nissarts de la vieille ville, désireux de préserver leur identité a été publié sur le site de l’association Racines du Pays Niçois.

    Mais, ce qui nous a motivé à nous battre c’est que notre quartier devenait un parc d’attraction, ça devenait Dysneyland…et tout ces pubs anglais, ces magasins Provençaux, ces vendeurs de Kebab, ça dénaturait notre milieu de vie.

    La Manada organise, avec d’autres, un rassemblement “Lu mes de mai es aribat” samedi prochain Place de la Tour à partir de 10 heures. N’hésitez pas à aller à leur rencontre.


    Le candidat du FN à Levens écrit à Nissa Rebela et estime que la langue niçoise est “peu élégante”

    18 mars 2011

    Voici le courrier reçu de la part de M. Jean Thiéry, candidat du Front National dans le canton de Levens (Tourrette-Levens, Levens, Colomars, Saint-Martin-du-Var, Aspremont, Castagniers, Saint-Blaise, La Roquette-sur-Var et Duranus).

    Formules, passages soulignés, tout est d’origine et présenté ici dans son intégralité. Le mépris à l’encontre des Niçois, de leur langue et de leurs traditions est consternant. D’autant plus pour un candidat se présentant dans un canton à la population particulièrement enracinée.

    Chacun pourra en tous cas se faire son avis et juger sur pièce… Ce qui est certain, c’est que – pour répondre à la première phrase de ce courrier incroyable – Jean Thiéry n’a vraiment rien compris à l’idéal identitaire.

    Monsieur Vardon,

    Si je comprends bien votre idéal identitaire, je trouve vos objectifs expliqués très artificiels, ainsi que vos justifications. En effet, à Nice, comme à Colomars (3 100 hab.), on ne trouve plus que 10% de “souchiens” niçois, au grand maximum.

    - Quelle proportion parle cette langue, peu élégante comme l’est l’alsacien, avec quels crédits l’enseigner, est-c une bonne clef pour les échanges entre voisins, trouvez vous que l’on parle correctement le français à NICE ?

    - Vous confondez potentiel culturel et potentiel économique (le second tuant le premier) : c’est égoïste.

    - La photo de groupe ne m’incite pas à rejoindre (négligé des tenues vestimentaires, qui souligne un certain manque de respect).

    En conclusion, si vous avez pu attirer des sympathies et la mienne avec vos coups médiatiques, aux fins de fustiger l’invasion africaine et mahométane, je pense que vous n’irez plus bien loin.

    Je regrette sincérement que votre présence dans les candidats à l’élection cantonale privera quelques candidats du FN, dont je suis, de pourcentages que j’espère inférieur à 5%, qui rejoint bien le pourcentage de véritables “niçois”.

    Sans rancune et avec ma considération patriotique,

    Jean Thiéry


    « Maîtres chez nous » : Nissa Rebela présente son programme départemental

    14 mars 2011

    [Communiqué du 14 mars 2011]

    « Maîtres chez nous », c’est derrière ce slogan et ce titre que les candidats identitaires de Nissa Rebela ont décidé de placer leur campagne et de présenter leur programme d’action départementale.

    Loin des candidats dont le seul argument est d’appartenir à la majorité, ou encore de ceux qui se contentent de répéter des slogans conçus par des boîtes de communication parisienne en espérant profiter d’une vague nationale, Nissa Rebela a décidé de présenter aux électeurs un programme complet. Sa lecture permettra à chacun de se faire une idée de ce que défendraient les conseillers généraux identitaires au sein de l’assemblée départementale.

    Le programme –intégralement consultable sur le site internet du mouvement, ou disponible en version imprimée- s’articule autour des axes suivants, tous accompagnés de propositions concrètes :

    - Identité : défendre notre langue et nos traditions

    - Souveraineté : pour un département Pays Niçois

    - Démocratie : donner la parole au peuple

    - Fiscalité : ne payons plus pour les autres

    - Sécurité : reprendre nos rues à la racaille

    - Islamisation : oui à la socca, non à la burqa

    - Localisme : vivre et travailler au pays

    Chacun de ces axes exprime, sous des angles différents, notre volonté farouche de rester (et souvent redevenir) maîtres chez nous.

    Maîtres chez nous, cela signifie tout d’abord que nous ne devons plus avoir l’impression de devenir des étrangers sur notre propre sol. Nous voulons pouvoir nous sentir en sécurité dans toutes les rues, tous les quartiers et toutes les villes du Pays Niçois. Nous voulons pouvoir affirmer librement et défendre sereinement notre identité.

    Pour permettre à nos enfants de s’épanouir en Pays niçois, nous devons avoir la maîtrise de nos finances et pouvoir favoriser le tissu économique local. Nous devons aussi pouvoir contrôler l’habitat et l’urbanisme pour garantir aux jeunes foyers comme à nos aînés de pouvoir vivre à l’abri de la spéculation immobilière. Enfin, nous voulons pouvoir nous prononcer par référendum sur les grandes orientations de la vie départementale pour ne pas laisser les politiciens continuer à trahir leurs engagements électoraux.

    Le 20 mars, votez pour des candidats qui ont un véritable programme local en phase avec les enjeux et défis de notre département, votez pour des candidats qui vous défendent toute l’année, votez identitaire pour rester maîtres chez nous !

    * Vous pouvez commander le programme : 5 euros pour un exemplaire, et 20 euros pour dix. Commande à adresser à NR – BP 13 – 06 301 Nice cedex 04, chèques à l’ordre de NR.


    Nissa Rebela sur France 4

    29 janvier 2011


    Philippe Vardon écrit aux maires du Pays Niçois

    18 janvier 2011

    [Communiqué du 18 janvier 2011]

    Dans le cadre de la campagne lancée par Nissa Rebela pour promouvoir la création d’un département Pays Niçois, Philippe Vardon – président du mouvement identitaire niçois – a adressé aujourd’hui un courrier aux maires des 151 communes du Pays Niçois historique.

    Un exemplaire du livret présentant le projet de nouveau département accompagné d’une lettre personnelle de Philippe Vardon ont été envoyés à chacun d’entre eux. Dans son courrier, le président de Nissa Rebela précisait notamment ceci : « Loin d’être un projet figé, notre proposition de création d’un département se veut avant tout une incitation à la réflexion, une invitation au débat et à la discussion. C’est dans cet esprit d’amitié niçoise que je me ferai un plaisir de recueillir votre sentiment, ainsi que vos remarques concernant notre proposition. »

    Nous vous ferons connaître les réactions et remarques au fil de leur réception.

    >>> Pour en savoir plus et découvrir le livret consacré au projet de département Pays Niçois des identitaires consultez le site http://pays-nicois.com/


    Pour un département Pays Niçois

    17 janvier 2011

    [Communiqué du 17 janvier 2011]

    Chacun s’accorde à reconnaître dans le Pays Niçois un espace cohérent tant sur le plan historique et géographique que culturel et linguistique. Cette unité, qui prend racine dans la fondation de Nikaia par les Grecs il y a 2 500 ans, a forgé l’identité qui fait notre fierté mais aussi notre richesse.

    Or, pour pouvoir être défendue, une identité doit s’épanouir dans un cadre protecteur. Pour pouvoir s’affirmer, elle doit bénéficier d’une véritable souveraineté politique. Depuis 1860 et l’annexion par la France, le Pays Niçois est enfermé dans un cadre bâtard. Tant à travers le département des Alpes-Maritimes, où il est contraint de cohabiter et composer avec une partie provençale autour de Cannes, qu’au sein de la région P.A.C.A., où il subit de plein fouet la domination marseillaise. Nissa Rebela fait aujourd’hui la proposition audacieuse, mais réaliste, de la création d’un département Pays Niçois, espace de plus de 500 000 habitants qui se situerait dans la moyenne des départements français en terme de population et serait sans aucun doute l’un des plus prospères économiquement.

    Pour être maîtres chez nous, obtenons notre département ! Dans le cadre de la campagne des élections cantonales, les candidats identitaires défendront :

    > La création d’un département Pays Niçois, correspondant aux frontières historiques du Comté.

    > La revalorisation de nos vallées et montagnes.

    > Le retour de Puget-Théniers comme sous-préfecture.

    > Le développement d’une véritable synergie entre villes maritimes et villes alpines selon le vieil adage « Lauda la mar e ten-ti en terra ».

    >>> Pour en savoir plus et découvrir le livret consacré au projet de département Pays Niçois des identitaires consultez le site http://pays-nicois.com/ ou cliquez sur l’image.


    Philippe Vardon, candidat identitaire dans le 3ème canton

    5 janvier 2011

    [Communiqué du 5 janvier 2011]

    C’est un entretien exclusif accordé à Nice Matin qui l’a révélé lundi : Philippe Vardon, le président de Nissa Rebela, sera candidat dans le 3ème canton lors du scrutin du 20 mars prochain.

    Fort de l’implantation importante du mouvement identitaire dans ce canton et de son enracinement et sa notoriété personnels, Philippe Vardon compte bien jouer le rôle d’outsider dans ces élections cantonales et venir troubler le duel entre le conseiller général sortant (Jacques Victor – PCF) et le candidat de l’UMP.

    La campagne de Philippe Vardon sera centrée autour de deux axes principaux : l’identité et la sécurité.

    L’identité, car il est nécessaire de préserver ce canton qui est encore l’âme du Nice populaire et possède un véritable trésor historique et sentimental à travers son patrimoine, et notamment son patrimoine humain (c’est sans aucun doute l’un des cantons de la ville où l’on peut entendre le plus souvent parler nissart). Ainsi Philippe Vardon entend continuer son action face aux menées spéculatives comme celles du groupe Bouygues immobilier à l’encontre du Centre Costanzo, mais aussi dénoncer la « kébabisation » de rues, voire de zones, entières de nos quartiers.

    La sécurité, car à bien des égards les habitants des quartiers du 3ème canton se sentent abandonnés face à la racaille. Les exemples de la résidence du Palio ou de la Place Armée-du-Rhin ont démontré le sentiment d’isolement des riverains face aux bandes et aux dealers…

    Philippe Vardon entend lui être toujours aux côtés des habitants de ce canton, être leur bouclier, comme il l’a été depuis des années.

    Electeurs du 3ème canton, pour l’identité et la sécurité, pour rester maîtres chez nous, le 20 mars faîtes le choix du courage et de la seule vraie opposition : votez Vardon !

    (Cliquez sur l’article pour l’agrandir)



    La mobilisation pour l’école français-nissart sur France 3

    23 décembre 2010

    France 3 a renoué un instant avec sa vocation première de chaîne des régions de France, en consacrant un reportage à la mobilisation pour la création de la première école bilingue français-nissart.

    Nous saluons, bien sûr, cette initiative et appelons tous nos sympathisants à signer la pétition en ligne qui est en passe de dépasser les 2 000 soutiens. Vous pouvez aussi signer la pétition, en version papier, au Bastioun où nous avons déjà collecté plus de 200 signatures.

    Rappelons que lors des élections municipales de 2008, la liste N.I.S.S.A. soutenue par Nissa Rebela et menée par Philippe Vardon, avait fait de l’initiation à la langue et la culture nissardes dans toutes les écoles primaires une de ses trois mesures principales.