• Accueil
  • Don
  • Présentation
  • Actions
  • Affiches
  • Journal
  • Documents
  • Boutique
  • Adhésion
  • Contact
  •  

    :: Dispositif anti-Ebola aux urgences de l’hôpital St Roch : quels sont les risques réels pour les Niçois ?! ::

    22 août 2014

    Communiqué du 22 août 2014

    Un panneau spécifique dédié à d’éventuels patients infectés par le virus EBOLA est désormais installé à l’entrée du service des urgences de l’hôpital Saint Roch à Nice. Il se double manifestement de la mise en place d’une procédure dédiée, puisqu’une sonnette particulière est réservée aux patients se reconnaissant dans les symptômes et venant de l’un des pays foyers de la maladie.

    Ce dispositif remet largement en cause les discours angéliques rabâchant que la France serait hors de danger, cela alors même que des avions continuent d’atterrir chaque jour en provenance des pays touchés et qu’il n’existe plus de frontières nationales ou même européennes permettant le moindre contrôle.

    En effet, qui peut garantir que parmi les 100 000 clandestins arrivés sur les côtes italiennes depuis le mois de janvier aucun n’était infecté ? Des clandestins dont une bonne partie sont désormais sur notre territoire, et singulièrement dans notre département.

    Ce dispositif lié à la potentielle propagation du virus EBOLA dans notre ville le démontre : le risque sanitaire vient désormais clairement s’ajouter aux troubles identitaires, économiques, sociaux et sécuritaires engendrés par l’immigration massive et incontrôlée. Les personnels de santé eux, heureusement, ne s’embarrassent pas du politiquement correct lorsqu’il est question de sauver des vies.

    Je viens d’écrire trois courriers, destinés au maire de Nice, au Préfet des Alpes-Maritimes et à la Ministre de la Santé, afin de les interroger sur les risques réels liés au virus EBOLA dans notre ville et notre département. Les Niçois doivent être informés.

    Face à la propagation rapide du virus EBOLA, il est urgent que des mesures de protection aux frontières soient prises. De nombreux pays Africains n’ont pas hésité aussi longtemps que nos gouvernants !

    Philippe VARDON


    ::Pas de rassemblement islamique place Garibaldi : les identitaires se félicitent mais restent vigilants::

    8 août 2014

    [communiqué du 8 août 2014]

    Rassemblant plus de 250 personnes en quelques jours, nous avons démontré la semaine dernière la mobilisation et la détermination des Niçois face aux provocations islamistes s’étant déroulées dans nos rues.
    Une nouvelle manifestation étant annoncée ce samedi – de Masséna à Garibaldi – et celle-ci étant organisée par les mêmes musulmans radicaux que le 26 juillet, nous avions prévenu les services de la Préfecture que nous serions à nouveau dans la rue pour empêcher toute provocation place Garibaldi.

    J’apprends que le Préfet a refusé que la manifestation islamique puisse se terminer place Garibaldi comme le souhaitaient ses organisateurs. Nous n’y sommes évidemment pas pour rien et je me félicite de cette décision. Notre rassemblement n’a donc plus lieu d’être, et je préfère que les effectifs policiers soient concentrés place Masséna pour y contenir les manifestants “pour Gaza”.

    Nous serons en effet particulièrement attentifs ce samedi à ce que l’opportune décision du Préfet et donc l’ordre républicain soient respectés et que la tranquillité de la place Garibaldi ne soit troublée par aucune nouvelle provocation. Par ailleurs, nous espérons que sur la place Masséna ne s’exprimeront que des messages “pour Gaza” et non les démonstrations islamistes auxquelles les organisateurs nous ont habitué, et que même le PCF a dénoncé en se désolidarisant de ces rassemblements.

    Les Niçois peuvent compter sur notre vigilance. ICI C’EST NICE!

    Philippe Vardon
    Président de Nissa Rebela – Front Niçois


    “Touche pas à Garibaldi” en photos

    5 août 2014


    “Touche pas à Garibaldi” dans Nice-Matin

    3 août 2014

    (cliquez pour agrandir l’article)

     

    Cliquez pour agrandir l'article


    TOUCHE PAS A GARIBALDI ! Manifestation samedi 2 août – 15H Place Garibaldi

    31 juillet 2014
    TOUCHE PAS A GARIBALDI !

    Parce que nous ne pouvons pas tolérer des rassemblements islamistes haineux en plein cœur de notre ville !
    Parce que le seul drapeau de Garibaldi c’est le drapeau niçois !

    Manifestation – place Garibaldi
    Samedi 2 août – 15heures

    Amenez vos drapeaux niçois et votre fierté
    ICI C’EST NICE !

    TOUCHE PAS A GARIBALDI !

    :: “Allah Akbar” aux pieds de Garibaldi : démonstration de force islamiste en plein cœur de Nice ::

    27 juillet 2014

    Communiqué du 27 juillet 2014

    Nous considérons qu’un mouvement politique français, qui plus est local comme le nôtre, n’a pas à prendre partie dans un conflit se tenant à 3 000 km. En revanche il est de notre devoir de dénoncer ce qui s’est déroulé hier dans les rues de Nice dans le cadre de la manifestation “pour Gaza”.

    Si cette fois-ci aucun affrontement notable n’a eu lieu et si l’on n’a pas entendu de slogans à la gloire de Mohamed Merah comme lors d’une précédente manifestation, nous pouvons regretter que les médias locaux soient manifestement passés à côté de la tonalité particulière du rassemblement et du caractère des meneurs. Car hier c’est avant tout à une démonstration de force des groupes islamistes que nous avons assisté.

    Au cœur de la manifestation, ce sont les jeunes de la “Ligue de Défense Musulmane 06″, un nouveau groupuscule radical, qui lançaient les slogans ou participaient à l’encadrement. Ce sont aussi eux qui ont mené une prière musulmane aux pieds de la statue de Garibaldi, prière terminée par de virulents “Allah Akbar” comme en témoigne notre vidéo :

    Avant cela, certains étaient montés sur la statue pour accrocher un drapeau palestinien, souhaitant sans doute répéter ce qu’ils ont vu faire à Paris ou Lyon. Comme là-bas, peut-être verrons-nous la prochaine fois des drapeaux djihadistes venir compléter la panoplie ? Pour le moment, ce sont seulement des bandeaux qui ornaient le front de certains manifestants à la manière des kamikazes islamistes.

    Nous ne comptons plus guère sur les responsables politiques et les pouvoirs publics pour agir : quand ils ne sont pas carrément complices, ils préfèrent prétendre ne pas savoir, ce qui leur évite d’avoir à agir. Il est en revanche primordial à nos yeux que les Niçois soient informés de la réalité de la situation dans notre cité.
    Christian Estrosi peut continuer à s’agiter en jouant au dur : pourquoi condamne-t-il le Hamas, émanation des Frères Musulmans en Palestine, quand il collabore à Nice avec l’UOIF, émanation des Frères Musulmans en France ?! Ces jeunes haineux sont à la fois les fils de l’immigration massive et incontrôlée, les fils des renoncements successifs de la gauche comme de la droite, les fils de l’enseignement des mosquées UOIF; bref ce sont aussi les fils de Christian Estrosi !

    Philippe Vardon
    Président de Nissa Rebela-Front Niçois, porte-parole du Collectif “Islamisation Basta”

    PS : Certains des plus virulents manifestants, appartenant au “service d’ordre” arboraient des gilets jaunes marqués “Ville de Nice – propreté”. Des employés de Messieurs Estrosi et Leonelli ?


    Tractage au Marché de la Libération

    2 mars 2014


    Sur les murs de Nice

    1 mars 2014


    “Nissa Rebela évoque (aussi) son bilan” L’Intrus

    24 février 2014

    Bonne prise de campagne pour Nissa Rebela : deux participants au clip du groupe (de la bande ?) de rappeurs Negrescro poursuivis pour avoir tiré avec un fusil de type kalashnikov et être montés sur le toit de l’église du quartier de l’Ariane pour y déployer un drapeau algérien viennent d’être condamnés à un an de prison. Même si l’acte de provocation-profanation n’a pas été retenu (en France, le concept de profanation est rarement retenu par la Justice lorsque les faits concernent un édifice ou un cimetière chrétiens…), le parti de Philippe Vardon a pu porter au crédit de son action politique le fait que les poursuites contre les auteurs du clip avaient été lancées à son initiative. Et bilan pour bilan, Nissa Rebela rappelle que la mairie de Nice, deux ans auparavant, avait refusé de déprogrammer ce groupe d’un festival niçois malgré ses discours de haine et de violence tandis que l’adjointe à la culture, Muriel Marland-Militello avait expressément soutenu les rappeurs en déclarant dans Nice Matin : « il n’y a pas de problème avec Negrescro »… Negrescro dont le leader, Mactar Gueye, alias  » Pap « , sera pourtant condamné en octobre 2012 à six mois de prison ferme pour trafic de stupéfiants… Quant à l’adjointe à la Culture, on attend de voir si elle rempile sur la liste de Christian Estrosi.

    Source: L’intrus.info


    Intervention de Philippe Vardon lors de la présentation des 15 premiers candidats de la liste

    20 février 2014

    Après la statue de Catherine Ségurane, j’ai voulu vous donner rendez-vous devant cet autre lieu symbolique pour nous : le Centre Costanzo.

    Si nous ne nous étions pas battus, ce bâtiment n’existerait plus, et nous serions sans doute devant un immeuble en construction. On aurait perdu une part de notre patrimoine, de la mémoire collective, pour le remplacer par un de ces nouveaux immeubles, sans âme.

    Mais il n’en est rien ! Il n’en est rien car ici le peuple niçois, le petit peuple niçois, ne s’est pas laissé faire, n’a pas baissé les bras, et a finalement remporté une victoire.

    Il aura fallu près de deux années de lutte, d’avril 2010 à février 2012 pour sauver le Centre Costanzo.

    Sous la pression populaire – sans relâche et sans concession – la municipalité aura fini par racheter à Bouygues Immobilier le bâtiment. Estrosi n’est pourtant pas le sauveur du patrimoine qu’il aura prétendu être : il avait à l’origine refusé d’acheter le bâtiment mis en vente par la Fondation Lenval, ce qui avait permis à Bouygues de le faire, et c’est sa municipalité qui avait délivré le permis de construire, et donc de démolir !

    Des milliers de tracts, des dizaines de manifestations (certaines réunissant jusqu’à 150 personnes) et de réunions d’information, un lobbying intense auprès de tous les élus locaux et acteurs politiques, une action en justice, et une petite déculottée pour l’UMP aux cantonales de 2011 (le candidat UMP, le seul favorable à la destruction du centre, n’étant pas qualifié pour le second tour) auront participé à éclaircir les idées du maire. Non, ce n’est pas par amour du patrimoine que Christian Estrosi aura finalement racheté ce bâtiment, sinon il n’aurait pas mis deux ans, mais bien face à la pression populaire !

    Cette victoire, bien sûr, n’est pas que la nôtre. Ce combat nous ne l’avons pas mené seul, mais avec les habitants et commerçants du quartier, avec le Comité de quartier Riquier-Barla-République- Risso dont le président avait d’ailleurs salué publiquement notre action et notre implication. Car nous avons imprimé nos méthodes, notre dynamique, à cette mobilisation populaire, et ça a payé !

    La bataille menée pour le Centre Costanzo est un beau symbole de ce que notre liste incarne : l’amour pour notre ville et notre peuple, l’engagement au service du Bien commun, une détermination sans faille qu’on pourrait illustrer à travers un slogan qui a fait école « On Ne Lâche Rien ! ».

    Et ça paie ! Pour le Centre Costanzo où tout le monde pensait que c’était une bataille perdue d’avance face à un groupe comme Bouygues ; mais aussi lorsque nous avons fait condamner la municipalité estrosiste devant le Tribunal administratif pour le loyer totalement sous-évalué de la mosquée de la rue de Suisse considéré par la justice comme une subvention déguisée au culte musulman ; ou encore voici quelques jours avec la condamnation des deux racailles ayant joué de la kalash’ dans le clip de Negrescro, un groupe dont nous dénonçons les méfaits depuis 2009 !

    Les candidats de notre liste, ce sont des gens qui portent en eux cet amour, cet engagement, cette détermination. Des gens qui incarneront avec force la seule opposition au système Estrosi au conseil municipal, des incorruptibles !


    Nice Premium : “Philippe Vardon en course pour les municipales niçoises”

    13 février 2014

    S’il y a eu un sortant en la personne de Jean Icart pour cause d’aventure éditoriale, il y a un nouvel, et vraisemblablement dernier entrant. Le casting de l’élection municipale à Nice reste inchangé en nombre mais change de profil. 

    Sortie d’un calme et expérimenté, entrée d’un sanguin combattant… Qui a gagné au change ?

    Il s’agit de Philippe Vardon, le leader des identitaires de Nissa Rebela, qui faute d’accord avec une des têtes des listes de droite non-UMP, a finalement décidé de participer à la course électorale en solo sous les couleurs de “Immigration-Islamisation-Insécurité-Impôts : Basta ! avec Philippe Vardon, la seule opposition”..

    Mais, contrairement aux autres candidats qui se voient tous assis dans le fauteuil de Maire, Philippe Vardon donne la victoire déjà assignée à Christian Estrosi et il va se battre pour devenir “la seule opposition réelle et crédible” au conseil municipal. A-t-il vraiment si tort ?

    “Oui, nous serons la liste du petit peuple niçois et nous en sommes fiers ! Comme moi et comme les 64 autres personnes qui composeront notre liste et qui ont fait le choix de la résistance et de l’insoumission” a affirmé le nouveau candidat.

    Après la petite histoire de ses tentatives pour monter une liste unique de droite anti-estrosi, sans toutefois y réussir (“Ces derniers mois, j’ai perdu beaucoup de temps, trop de temps, avec des politicailleries, des politicards, cherchant à les raisonner, cherchant à les convaincre, cherchant à leur faire partager ce qui nous anime. En vain”) , Philippe Vardon a assumé son rôle d’opposant en chef : ” Notre liste incarne la seule opposition autour d’une ligne politique claire et forte, d’un véritable projet alternatif à celui de Christian Estrosi et de la gauche pour l’avenir de notre ville”.

    Pour terminer avec un appel clairement ciblé : “Nous appelons tous les Niçois, toutes les Niçoises, toutes celles et tous ceux qui ont à cœur de défendre cette ville et ses racines, à nous soutenir dans cette lutte : en rejoignant nos équipes militantes dans les quartiers, et bien entendu en votant pour notre liste en mars prochain”.

    Le collectif des dissidents du FN qui ont récemment quitté le navire de madame Arnautu seront les premières oreilles attentives à celui-ci ?

    La nouvelle tête de la liste était accompagné de : Benoît Loeuillet, Eric de Linares, Aulde Maisonneuve et Clément Martin. Les premiers noms des 64 autres nécessaires à la constitution d’une liste. Une réunion de fin de campagne est prévue le 17 mars prochain à Acropolis.

    Source: Nice Premium


    L’Intrus “Nissa Rebela ouvre le feu”

    13 février 2014

    “Christian Estrosi le sait désormais : pour lui plus de répit, la chasse est ouverte ! ” : alors même que la saison de la chasse au faisan vient de se terminer, Philippe Vardon proclame ouverte la traque au maire sortant et donne le ton la campagne de Nissa Rebela : tranchant. Dans le vif et dans le tas. Face aux positions des candidats  “englués dans les histoires de tracé du tramway” , le parti de l’identité niçoise se présente comme  “la seule opposition” au maire (non)sortant. Auquel il promet de sombres heures et des nuits blanches :  “Puisqu’il (Christian Estrosi) ne daigne pas venir débattre face aux Niçois, alors nous irons le chercher là où il se planque” . Taïaut !

    Source: L’Intrus


    Philippe Vardon ménera une liste aux élections municipales !

    11 février 2014

    Voici le discours prononcé par Philippe Vardon ce mardi 11 février pour annoncer sa candidature aux élections municipales des 23 et 30 mars prochains dans la ville de Nice ainsi que des photos de cette conférence de presse s’étant tenue devant le monolithe en hommage à Catherine Ségurane. Philippe Vardon était accompagné de Benoit Loeuillet, Eric de Linares, Aulde Maisonneuve et Clément Martin.

    Merci pour votre présence.

    Vous vous en doutez, si je vous ai demandé de venir aujourd’hui, c’est pour vous faire une annonce importante.

    Une annonce qui est avant tout une réponse à une question fondamentale dans le cadre de ces élections municipales niçoises. Cette question est la suivante : « Qui ? Qui, sinon nous ?! »

    Qui, sinon nous, pour dénoncer le bilan réel de Christian Estrosi ?

    Les dissidents Bettati et Kandel qui ont siégé à ses côtés pendant la quasi-totalité de son mandat, soutenant son action et la mettant même en œuvre ?

    Le socialiste Allemand qui fut un opposant si silencieux pendant 6 ans qu’on a pu se demander s’il n’avait pas tout simplement oublié d’ouvrir son micro ?

    La touriste Arnautu, candidate imposée à Marine Le Pen, qui non-contente de ne connaître de notre ville que son aéroport et ses hôtels s’est en plus entourée d’anciens (?) amis de Christian Estrosi, repeints à la hâte en « bleu marine », elle aussi ? Des convertis de la dernière heure qui, aussitôt élus, s’empresseront sans doute de retourner vers leur idole.

    Qui, sinon nous, pour parler de l’identité nissarde et de nos libertés locales ?

    Englués dans les histoires de tracé du tramway, les candidats en ont oublié que les rues dont ils parlent, les rues de cette ville, ont une histoire, une langue, donc une âme ! Et alors qu’en 2008 chacun avait pris le soin de garnir sa liste avec un « Monsieur nissardité », voici qu’aujourd’hui la mode est manifestement passée à leurs yeux. Mais la lenga nouostra, nos traditions, notre identité pour nous ce n’est ni une mode, ni le passé, mais tout au contraire ce qui nous façonne, et justement ce qui ne passe pas mais se transmet de générations en générations.

    Qui, sinon nous, pour lutter face aux délinquants et criminels qui gangrènent nos quartiers ? Qui, sinon nous, pour aller dire aux Niçois que face à la racaille ils ne sont plus seuls, que face à l’incurie des pouvoirs publics la solidarité populaire doit s’exprimer comme lorsque nous avons été des centaines, rassemblés, pour soutenir un bijoutier dont le seul crime était d’avoir défendu sa peau ?!

    Qui, sinon nous, pour refuser l’immigration et l’islamisation qui peu à peu font de nous des étrangers dans notre ville, qui peu à peu transforment des quartiers entiers en véritables enclaves étrangères au cœur de Nice ?

    Qui, sinon nous, pour dénoncer la collaboration de la municipalité et de Christian Estrosi avec les extrémistes musulmans de l’UOIF auxquels ils offriront bientôt une nouvelle mosquée de 300m² à Nice-Est, s’ajoutant aux 18 autres que compte déjà notre ville ? Qui, sinon nous, pour faire condamner la municipalité devant le Tribunal administratif pour subvention déguisée et atteinte au principe de laïcité concernant la mosquée de la rue de Suisse.

    Qui, sinon nous, enfin, pour dire que notre ville est en train de crever par son cœur, et qu’il faut mener la bataille du centre-ville pour en finir avec la paupérisation et le communautarisme étranger qui débordent désormais dans toute la périphérie de l’avenue Jean Médecin ?

    Alors oui, nous avons décidé de relever le défi, nous avons décidé de ramasser le drapeau qui avait été abandonné au sol et piétiné tant de fois. Oui, vous l’avez compris, je mènerai une liste de rassemblement pour Nice, s’appuyant bien entendu sur la force et la dynamique de Nissa Rebela mais aussi sur tous ceux et toutes celles qui voudront mener cette bataille à notre côté.

    Lire la suite »


    “Femmes mais pas victimes !”, initiation à la self-défense.

    16 janvier 2014


    Tractage au Marché de la Libération

    16 janvier 2014